LA DESCRIPTION D'OBJETS

Imprimez cette page, répondez aux questions et apportez vos réponses en classe.

Ceci est un travail préparatif pour votre prochaine rédaction.


On peut décrire un objet de manière objective ou subjective. Examinons deux exemples.

I. LA DESCRIPTION OBJECTIVE

Dans une description objective:

Nous avons sûrement tous déjà mangé un quartier de tomate, mais qui a déjà observé minutieusement ce beau fruit rouge à la peau luisante avant de le manger? Pourriez-vous le décrire en détail? Description "inutile", me direz-vous, à quoi bon décrire un quartier de tomate destiné à être avalé!

L'écrivain français Alain Robbe-Grillet vous dirait: "Rien n'est plus fantastique, en définitive, que la précision."

Avant de lire la description suivante tirée du livre Les Gommes de Robbe-Grillet, où un simple quartier de tomate devient un véritable petit monde extraordinaire lorsqu'on l'observe de très près, je vous propose de faire la chose suivante:

À FAIRE :

Observez ou imaginez, si possible, un simple quartier de tomate. Faites une liste (en anglais) de tous les mots/expressions dont vous auriez besoin pour décrire ce fruit avec la plus grande précision possible. Recherchez ensuite dans un bon dictionnaire.l'équivalent français de chaque mot anglais. Lisez ensuite le texte par Robbe-Grillet ci-dessous:

A. LECTURE

Le quartier de tomate (Cliquez ici pour obtenir le texte annoté)

Un quartier de tomate en vérité sans défaut, découpé à la machine dans un fruit de symétrie parfaite.

La chair périphérique, compacte et homogène, d'un beau rouge de chimie, est régulièrement épaisse entre une bande de peau luisante et la loge où sont rangés les pépins jaunes, bien calibrés, maintenus en place par une mince couche de gelée verdâtre le long d'un renflement du coeur. Celui-ci, d'un rose atténué, légèrement granuleux, débute, du côté de la dépression inférieure, par un faisceau de veine blanches dont l'un se prolonge jusque vers les pépins - d'une façon peut-être un peu incertaine.

Tout en haut, un accident à peine visible s'est produit : un coin de pelure, décollé de la chair sur un millimètre ou deux, se soulève.

Robbe-Grillet, Les Gommes, 1953.

 

B. RECHERCHE

    1. À l'aide du Petit Robert (ou d'un dictionnaire équivalent) donnez le sens dans le contexte des mots suivants:
    2. la loge :

      calibrés :

    3. Analysez les termes descriptifs en mettant en évidence les domaines scientifiques auxquels ils appartiennent.
    4. Pourquoi l'auteur a-t-il fait appel à ces domaines?


II. LA DESCRIPTION SUBJECTIVE

Dans une description subjective:

À FAIRE :

Pensez un instant à un aliment que vous consonner presque tous les jours: le pain

Dans son livre Le parti pris des choses, Francis Ponge décrit de manière fort subjective un simple pain. Les détails, apparemment insignifiants pour nous, deviennent à ses yeux un véritable univers géographique, avec des vallées, des montagnes, des rivières etc. Une imagination extraordinaire...

A. LECTURE

Le pain (Cliquez ici pour obtenir le texte annoté)

La surface du pain est merveilleuse d'abord à cause de cette impression quasi panoramique qu'elle donne : comme si l'on avait à sa disposition sous la main les Alpes, le Taurus ou la Cordillère des Andes. Ainsi donc une masse amorphe en train d'éructer fut glissée pour nous dans le four stellaire, où durcissant, elle s'est façonnée en vallées, crêtes, ondulations, crevasses...

Et tous ces plans dès lors si nettement articulés, ces dalles minces où la lumière avec application couche ses feux, sans un regard pour la mollesse ignoble sousjacente. Ce lâche et froid sous-sol que l'on nomme la mie a son tissu pareil à celui des éponges ; feuilles ou fleurs y sont comme des soeurs siamoises soudées par tous les coudes à la fois. Lorsque le pain rassit, ces fleurs fanent et se rétrécissent : elles se détachent alors les unes des autres, et la masse en devient friable...

Mais brisons-la : car le pain doit être dans notre bouche moins objet de respect que de consommation.

Francis Ponge, Le Parti pris des choses, 1942

B. RECHERCHE

    1. Relevez dans ce texte les adjectifs mélioratifs (=positifs) et péjoratifs (= négatifs), c'est-à-dire qui impliquent un jugement de valeur de la part de l'auteur.
    2.  

    3. Que sait-on du goût de l'auteur pour le pain ?
    4.  

       

    5. Cherchez dans un dictionnaire de noms propres où se trouvent les Alpes, le Taurus et la Cordillère des Andes. Qu'est-ce que ces régions ont en commun ? Pourquoi l'auteur fait-il appel à ces comparaisons ?
    6.  

       

    7. Relevez toutes les comparaisons et métaphores dans le premier paragraphe.
    8.  

       

    9. Déterminez les liens qui existent entre-elles.
    10.  

       

    11. Que veut faire l'auteur dans ce premier paragraphe ?
    12.  

       

    13. Quelles différences stylistiques relevez-vous entre les deux paragraphes ?
    14.  

       

    15. Quelle est l'intention de l'auteur dans sa conclusion ?
    16.  

       

    17. Si on compare les deux descriptions (Le quartier de tomate / Le pain), dans quel texte la présence de l'auteur se fait-elle le plus sentir ? Justifiez votre réponse.


Retour au programme